{# UI #} Caret Right Caret Left Caret bottom Heart Plus Minus Cross Arrow left Account Cart Cart empty Clipboard Menu Search {# Media #} Play pause {# Socials #} Fb Insta Pinterest Tiktok Tumblr Snapchat Youtube Vimeo Twitter {# Logo #}
🌏 Livraison partout dans le monde
⚡ 14 JOURS POUR CHANGER D'AVIS
LES COMMANDES PASSEES APRES LE 1er AOUT SERONT EXPEDIEES LE 21 AOUT
RETOUR SIMPLIFIÉ

LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA CUTE

(L'histoire ouf d'un escarpin qui rend dingue)

C'est l'histoire d'un escarpin à bout ouvert et au talon de 7 centimètres qui se nomme Cute. Et Cute cela commence comme un belle histoire de culasse.

Patricia Blanchet
Patricia Blanchet
Patricia Blanchet
Je me promenais dans ma Coccinelle blanche dans la partie colombienne de la cordillère des Andes. Quelque part au nord de Medellin. Le soleil était en train d'aller se coucher et moi je profitais de ma liberté et de ma fatigue pour m'arrêter sur une corniche suite à un problème moteur.
Là s'étendait devant mes yeux le plus beau spectacle terrestre possible. J'ai sorti mon hamac, un réchaud et ma bouteille de rhum arrangé. Après quelques lampées de ce délicieux breuvage, j'ai saisi ma guitare pour composer un hymne à la beauté de notre planète.
Patricia Blanchet

Alors que je m'installais dans mon hamac, suspendu entre deux arbres robustes comme Pierre Niney, je sentais la douceur de la brise andine caresser mon visage.
J'avais choisi cet endroit précis pour son panorama exceptionnel : devant moi, les sommets des Andes s'étendaient dans une majesté tranquille, tandis que le soleil déclinant jetait des teintes d'or et de pourpre sur les nuages. C'était un tableau vivant, un chef-d'œuvre de la nature, et j'étais là, seule, à le contempler.

JE REPRIS MA GUITARE. LES PREMIÈRES NOTES RÉSONNÈRENT DANS L'AIR FRAIS DU SOIR, MÉLANCOLIQUES ET DOUCES.

C'était comme si chaque corde vibrait en harmonie avec les battements de mon cœur. J'étais en train de composer un hymne à la beauté de notre planète, un chant qui montait et descendait, comme les vagues de l'océan de verdure qui m'entourait.

Alors que la nuit tombait, quelque chose de magique commença à se produire.

Des créatures de la nuit, attirées par la mélodie de ma guitare, commencèrent à émerger de l'obscurité. D'abord, des lucioles, leurs lumières dansant autour de moi, formant une aura scintillante. Puis, un quetzal, avec ses plumes d'un vert éclatant, se posa sur une branche à proximité, me regardant avec curiosité.
Mais ce n'était pas tout. Un paresseux, avec son allure comique, s'approcha lentement, ses petits yeux pétillants de malice. Et, dans un mouvement presque irréel, un jaguar émergea des ombres. Son pelage brillait sous la lueur de la lune, et ses yeux d'un jaune intense fixaient les miens. Je retenais mon souffle, mais il n'y avait pas de peur, seulement un sentiment d'émerveillement. Et au moment où je m'apprêtais à ouvrir mes bras pour accueillir leur amour, le leader des bestiaux intervint pour prendre la parole : "On n'a pas besoin d'une meuf qui joue du Mahé pour remplacer le silence. Range ta gratte ou trépasse malheureuse".
Patricia Blanchet

À cet instant, au lieu de paniquer, ou de lui donner un coup d'instrument dans sa mignonne petite trogne, une idée germa dans mon esprit.
Je visualisais un escarpin, pas n'importe lequel, mais un qui incarnerait l'essence même de cette nuit magique. Un escarpin à bout ouvert, orné d'une étoile étincelante en paillettes sur le dessus, rappelant les lucioles qui m'avaient entourée dont le chef voulait me massacrer. Son talon de 7 centimètres serait à la fois élégant et robuste, à l'inverse des arbres qui me protégeaient.
Patricia Blanchet

J'imaginais cet escarpin comme un symbole de force et d'espoir,
un talisman qui rappellerait à quiconque le porterait cette nuit, où la nature et l'humanité s'étaient rencontrées en harmonie.
Ce ne serait pas seulement un accessoire de mode, mais un message d'unité et de beauté, un rappel que même dans l'obscurité, il y a toujours de la lumière.
Patricia Blanchet

Je m'endormis finalement, bercée par les sons de la forêt et le souvenir de ces créatures bienveillantes.
Dans mon rêve, je marchais fièrement, chaussée de mes escarpins magiques, chaque pas un hymne à la beauté de notre monde, chaque foulée un pas vers l'espoir et l'harmonie.
Vive la Cute et vive mon joint de culasse sans lequel rien de tout cela n'aurait été possible.

Vous vous doutiez bien que la musique la plus appropriée à mon
aventure serait celle-ci : https://www.youtube.com/watch?v=PVyS9JwtFoQ
Patricia Blanchet

France : livraison gratuite en point relais à partir de 300€*
nouveau : retour simplifié*
Paiement en 3 ou 4 fois sans frais*