On l'a déjà dit, on l'a dit partout mais on a été les premières à le dire à minuit pile le 1er janvier 2019 : ce 2019 sera l'année des meufs. Cela fait des années déjà que nous nous y entrainons bien entendu mais cette année est la nôtre.


 

 

Pour mémoire de faits importants qui ont contribué à nous mener vers la voie de l'égalité : En 1903 Marie Curie reçoit le Prix Nobel de physique.
En 1944 nous obtenons le droit de vote et d'éligibilité.
En 1965 nous avons enfin le droit d'exercer un métier sans l'autorisation de notre mari.
En 1967, la contraception est autorisée...

 

 Je pourrais continuer ainsi ad vitam aeternam car les droits de la femme ont connu de vifs succès. Des succès et c'est tant mieux bien entendu mais effrayant aussi à considérer, car cela part du principe que nous ne sommes pas nées égales. Et que dit d'ailleurs à ce propos La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen ? Elle dit: Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.    
Donc, les hommes partout, les femmes nulle part. Le type qui a rédigé cette déclaration manquait-il d'encre pour inclure le mot femme ? Fut-il élevé par une mère abusive ? Trompé par une femme qu'il traitait mal ? Pressé d'aller jouer au tiercé avec ses potes pour oublier à ce point la femme dans sa déclaration ? Tout en sachant, le pire, que cette Déclaration est issue de la Révolution Française, nom féminin s'il en est. Car c'est bien là où je veux en venir, la Révolution a bien eu lieu mais pas la nôtre. La nôtre se fait oui mais à coup de petites avancées, symboliques certes, et elle demande une énergie de dingue cette révolution marathon. Parce que face à nous, parfois, souvent, le pouvoir en place, le mâle dominant ne veut rien lâcher. Car en partageant équitablement avec nous, il gagnerait moins, il perdrait son équilibre et vacillerait pour s'effondrer. C'est en tout cas le sentiment qui l'anime pour noua laisser dans cette position.
Aujourd'hui, dans un pays dit civilisé qu'est la France, en 2019 les femmes continuent à gagner 24% de moins en salaire que les hommes. Que dire des violences conjugales ? 122 femmes tuées, 62 000 femmes victimes de viol (en 2015). Dans l'espace public, où sont les femmes ? Leur présence progresse mais reste marginale. Et dans la littérature ? l'art ? Le cinéma ? Combien de Palme d'Or glanée par une femme ? Une seule. La leçon de Piano, il y a 26 ans.
Sommes-nous donc à ce point moins valables que les hommes pour se faire confisquer les prix ? Notre parole ? Notre temps ? Notre sexe ? Notre visage ? Nous connaissons toutes la réponse. Alors concrètement que faut-il pour inverser la tendance et obtenir ce qui nous revient de droit ? Nous débarrasser de tous les mecs, les envoyer sur une planète avec leur Ricard, leur console de jeux-vidéo, leur mère (oups), leurs soirées foot, leurs soirées bières, leurs consoles, leurs "mais je t'avais dit de faire ci, de faire ça", leurs interdictions, leur conseils paternels ? Les castrer et les téléguider à notre guise ? On pourrait aussi les droguer et ainsi couper court à leur agressivité, leur soif de conquête et les mettre à la couture, au macramé, à la poterie. Ou bien les éduquer correctement, leur faire prendre conscience que l'égalité c'est tout de suite et qu'on a déjà été assez patienté pour attendre une seconde de plus.
Il faut exiger, s'imposer chacune de notre côté, ne pas céder, jamais, monter au créneau, se faire aider si besoin pour s'imposer enfin, définitivement, durablement. Car, au final, nous ne demandons rien d'exceptionnel, rien d'incroyable, que d'avoir les mêmes droits que les mecs et de reléguer cette journée des droits de la femme du 8 mars à la préhistoire, là où est exactement sa place, à un moment où il n'existait ni homme, ni femme sur terre. Donc oui il faut du Girl Power, oui il faut de l'écriture inclusive si besoin, et tout un tas de trucs qui permettront à toutes les filles de la terre de se sentir fortes, à leur place, acceptées, égales.
Donc bonne année 2019, les meufs.

Cream Dream Bronze

Bottines rétros nubuck métallisé bronze
225,00€